Welcome!

Web 2.0 Authors: Roger Strukhoff, Liz McMillan, Elizabeth White, Yeshim Deniz, Patrick Carey

News Feed Item

Le rapport 2014 relatif au coût financier de la fraude aux soins de santé

LONDRES, March 25, 2014 /PRNewswire/ --

La fraude et les erreurs coûtent chaque année au secteur mondial des soins de santé 487 milliards de dollars (soit 313 milliards de livres sterling).

  • Depuis 2008, les pertes moyennes découlant de la fraude et des erreurs dans le secteur mondial des soins de santé sont en hausse de 25 %, les dépenses passant de 5,59 % à 6,99 %.
  • Il est possible de réduire jusqu'à 40 % ces pertes liées à la fraude et aux erreurs, et ce, dans un délai d'une année afin de dégager jusqu'à 195 milliards de dollars (soit 125 milliards de livres sterling) à l'échelle mondiale.
  • D'après le taux moyen des pertes à l'échelle mondiale, le système de santé britannique National Health Services (NHS) subirait des pertes à hauteur de 7 milliards de livres sterling.

Chaque année, les pertes mondiales découlant de la fraude et des erreurs s'élèvent à quelque 487 milliards de dollars, d'après le nouveau rapport « Financial Cost of Healthcare Fraud 2014 » publié par BDO LLP, cabinet de services-conseils aux entreprises et de services de comptabilité, en partenariat avec le Centre for Counter Fraud Studies de l'université de Portsmouth.

Les résultats indiquent que les pertes moyennes du secteur mondial des soins de santé sont en hausse de 25 % depuis 2008, les dépenses passant à 6,99 %. Au prorata des dépenses mondiales du secteur des soins de santé, à savoir 6,97 billions de dollars (soit 4,48 billions de livres sterling), cela équivaut à une perte annuelle de 487 milliards de dollars (soit 313 milliards de livres sterling), ce qui représente :

  • Plus de trois fois le budget du système de santé britannique (NHS) pour 2011/2012.
  • Deux fois et demi les dépenses totales du Canada en matière de soins de santé pour l'année 2011.
  • Près d'un cinquième des dépenses totales des États-Unis en matière de soins de santé pour l'année 2011 et plus de 27 % des dépenses totales des pays de l'Union européenne en matière de soins de santé pour la même période.

Heureusement, les exercices relatifs à la lutte contre la fraude ont indiqué qu'il était possible de réduire de manière considérable les pertes avec, comme espoir très raisonnable, une diminution de 40 % dans un délai de 12 mois. Cela permettrait en soi d'observer une augmentation des ressources mondiales du secteur des soins de santé à hauteur de 195 milliards de dollars (soit 125 milliards de livres sterling).

Étude de cas

Au sein du système de santé britannique (le deuxième organisme au monde), les pertes ont diminué jusqu'à 60 % entre 1998 et 2006. D'après les statistiques de l'indice 2013 publié par la National Fraud Authority du Royaume-Uni, la fraude au sein du système NHS s'élevait à 229 millions de livres sterling en 2013. Néanmoins, en appliquant le taux moyen en pourcentage des pertes mondiales, on observe que, si le NHS était aligné sur le reste du monde, ce chiffre avoisinerait davantage les 7 milliards de livres sterling. Accepter le chiffre de 229 millions de livres sterling reviendrait à accepter le fait que le système NHS s'en sort 30 fois mieux que le reste du monde en matière de prévention et de détection de la fraude et des erreurs. Le Dr. David Evans, Directeur du service de financement des systèmes de santé de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a qualifié les conclusions du rapport de « convaincantes » dans son Avant-propos. Quant au Dr. Simon Peck, fondateur du groupe HICFG (Health Insurance Counter Fraud Group) qui représente un groupe industriel britannique composé de 29 grandes compagnies d'assurances santé, a écrit dans sa préface que ceux « qui détiennent le pouvoir de faire la différence » devraient consulter ce rapport.

Jim Gee, Directeur des services de lutte contre la fraude chez BDO LLP, a ajouté :

« La crise financière mondiale a eu un impact considérable sur la capacité des gouvernements, entreprises et individus à faire face à la hausse des coûts liés à leurs besoins de santé. Ces contraintes budgétaires pourraient néanmoins être sensiblement allégées grâce à un effort commun visant à mesurer, gérer et minimiser le coût de la fraude et des erreurs au sein des organisations concernées, notamment avec le soutien de dispositions législatives. Selon nos estimations prudentes, si le problème était abordé sérieusement, les organismes de soins de santé du monde entier pourraient dégager jusqu'à 195 milliards de dollars actuellement perdus. Cela aurait des effets considérables sur la vie de millions d'individus partout dans le monde ».

Vous pouvez consulter l'intégralité du rapport 2014 « Financial Cost of Healthcare » de BDO à l'adresse http://www.bdo.co.uk/services/forensic-accounting/fraud-and-financial-investigations/counter-fraud-services.

À propos du rapport

Le rapport 2014 « Financial Cost of Healthcare Fraud » (le  coût  financier  de  la  fraude  aux  soins  de  santé) permet de renouveler les recherches menées dans un premier temps en 2009, puis reprises en 2011, en compilant les dernières informations précises et valides sur le plan statistique en provenance du monde entier à propos du coûts financier réel engendré par la fraude et les erreurs dans le secteur des soins de santé (comparativement au coût engendré par les cas de fraude signalés ou détectés). Le rapport examine ainsi 92 exercices distincts de mesure des pertes couvrant 14 types différents de dépenses relatives aux soins de santé pour un total dépassant les 2,99 billions de dollars (soit 1,93 billion de livres sterling) dans 33 organismes issus de 6 pays. Les données à l'origine des conclusions du rapport sont conservées dans la plus grande base de données mondiale dédiée à la mesure des pertes découlant de cas de fraude, les données ayant été compilées pendant 15 ans. Les données proviennent d'exercices de mesure des pertes qui sont précis et valides sur le plan statistique. Ces données font référence aux pertes totales, pas uniquement aux pertes détectées ou signalées qui représentent une petite fraction seulement du coût total.

Le présent rapport est le résultat d'une nouvelle collaboration fructueuse entre BDO LLP, le plus grand cabinet de services-conseils aux entreprises et de services de comptabilité, et le Centre for Counter Fraud Studies de l'université de Portsmouth (CCFS), le plus grand centre de recherche contre la fraude en Europe.

Note aux rédacteurs

À propos de BDO

La prestation de services au sein du réseau international BDO composé d'entreprises indépendantes (« le réseau BDO ») est coordonnée par Brussels Worldwide Services BVBA, entreprise à responsabilité limitée de droit belge dont le siège statutaire se trouve à Bruxelles.

BDO International Limited (instance dirigeante du réseau BDO), Brussels Worldwide Services BVBA et les entreprises membres sont des entités juridiques distinctes et ne peuvent être tenues responsables des actes ou omissions des autres entités. Aucune disposition des arrangements ou règlements du réseau BDO ne constitue ou n'implique une relation de mandataire ou un partenariat entre BDO International Limited, Brussels Worldwide Services BVBA et/ou les entreprises membres du réseau BDO.

BDO est le nom de marque du réseau BDO et de toutes les entreprises membres du réseau BDO.

Les revenus découlant des droits versés par l'ensemble des entreprises membres du réseau BDO, y compris les membres de leurs alliances exclusives, représentaient 6,45 milliards de dollars en 2013. Ce réseau mondial propose des services de conseil dans 147 pays et emploie plus de 56 000 personnes au sein de 1 264 bureaux à travers le monde.

Contacts britanniques
Jim Gee, BDO LLP
Tél : +44(0)20-7893-2830
Email : [email protected]

http://www.bdo.co.uk/press
http://twitter.com/BDOaccountant

Ged Brumby, Smithfield Consultants
Tél : +44(0)20-7903-0674
Téléphone portable : +44(0)7540-412-301
Email : [email protected]


More Stories By PR Newswire

Copyright © 2007 PR Newswire. All rights reserved. Republication or redistribution of PRNewswire content is expressly prohibited without the prior written consent of PRNewswire. PRNewswire shall not be liable for any errors or delays in the content, or for any actions taken in reliance thereon.